Springpad et GTD (2)

Grâce à Éric Sinet, j’ai découvert springpad qui lui-même l’a découvert par l’intermédiaire @vdatin et @audece… Comme quoi Itypa fonctionne!

J’avoue que j’ai été séduite par springpad et je l’ai (définitivement?) adopté. Il me permet à la fois de stocker mes favoris, mes rendez-vous, mes contacts, mes envies, des photos, des livres et bien plus. Vous pouvez partager vos carnets, suivre des personnes (ou être suivi). Springpad existe pour iphone, ipad et android.  Enfin un web clipper permet de gérer le favoris et de faire du socialbookmarking. Et ce qui ne gâche rien, c’est agréable à regarder!

Après inscription, on est amené à créer son premier carnet (notebook), on définit son apparence et on choisit de le rendre privé ou non (attention, par défaut, le carnet est public). Ensuite, il  demandera d’ajouter le premier « spring » ou note:

Et c’est là que ça devient intéressant, on a le choix entre plusieurs « types » pré-définis sur lesquels on pourra faire des tris.

Voilà comment j’ai organisé mes carnets en tant que GTD: 

  • 1. Espace stockage: je range tout ce qui doit être… classé et que je n’ai pas jeté.
  • 2. A faire:  ce qui doit être fait dans la semaine (RV, à lire et annoter d’urgence) et je réactualise chaque semaine.
  • 3. En attente: ce qui n’est pas très urgent (à faire un peu plus tard, mes rendez-vous du mois par exemple)
  • 4. Notes et références: tous mes favoris et notes que j’ai déjà utilisés mais qui restent sous la main
  • 5. Un jour peut-être: mes projets futurs…
  • Perso: ça veut dire ce que ça veut dire
  • Outils Web 2.0: tout ce que j’ai glané dans le cadre d’itypa concernant les outils que j’ai rangé ici dans un carnet public. (pas de cadenas)
  • Livres (que je veux acheter)

Sur la page d’accueil en haut à gauche:

J’ai donc 109 notes bien rangées et une qui ne l’est pas (je n’en reviens pas moi-même!). En cliquant sur unfiled, je mets la note à la poubelle ou je la range dans un de mes carnets. je peux aussi évidemment mettre des étiquettes (tags).                 

 En cliquant sur « 109 springs », tous les enregistrements s’affichent et un tableau de bord « all my stuff » s’ouvre dans une colonne à gauche et les éléments sont classés par type, puis par tag. Un tableau de bord spécifique à chaque carnet s’affiche quand on clique dessus. C’est dans le carnet « 2. A faire » que les notes sont mises en contexte avec les tags @réunion, @maison, @travail….

                  

Enfin une fonction bien pratique aussi est « Bulk Edit » (tout en bas du tableau de bord) qui permet de faire du classement par lots. Par exemple, mon carnet de notes « Outils Web2.o » a été fait à partir de « 4. Notes et références d’itypa ». J’ai fait un tri sur le tag « outils numériques »puis avec l’outil bulk edit, j’ai sélectionné tous les éléments et je les ai rajoutés dans ce carnet (tout en les conservant dans le carnet « notes et références)

C’est aussi par Bulk Edit que je transfère mes notes du carnet « 3. En attente » dans le carnet « 2. A faire » chaque semaine.

Enfin les notes de type « event » peuvent être liées à Google Calendar et on peut définir des alertes. Et sur les notes de type « contact », on peut y rajouter un plan par google maps.

Voilà, maintenant quand je navigue, c’est toujours le printemps! Je « Spring It »…

Liens:

Publié dans #ITyPA, Outils Web 2.0, Uncategorized | Tagué , | 15 commentaires

S’inscrire à une communauté, fastoche! L’intégrer…

Groupes? Réseaux sociaux? Communautés d’intérêt, d’apprentissage, de pratiques?

Je vous renvoie sur la synthèse de Gilles le Page pour s’y retrouver dans tous ces termes.

Je vous conseille aussi la lecture de ce guide pour les communautés de pratiques, où est présenté ce comparatif:

« Ce guide a pour but de promouvoir une bonne compréhension des concepts de base en vue de créer un contexte favorable au développement de Communautés de Pratique (CoP). »

Mais je n’ai nullement l’intention de créer une communauté de pratiques…

Par contre, s’inscrire dans une communauté, c’est facile! L’intégrer l’est beaucoup moins… et je partage complètement l’avis de Barbara sur son blog.

Par intérêt, ou par passion, on peut choisir facilement des communautés: un petit clic, et hop, on est inscrit, ça c’est hyper facile. On peut recevoir un message de bienvenue, c’est toujours agréable, mais le plus souvent, il se résume malheureusement à « cliquez ici pour valider votre adresse e-mail »…

Après, les choses se corsent, on ne sait pas trop à quel niveau, on peut (ou on doit?) intervenir. On cherche les règles qui ne sont pas toujours claires. On reste toujours un peu perdu, on navigue dans le site et les forums, on essaie d’y intervenir, on répond à des questions ou on en pose souvent sans succès. Pour moi, l’expérience de communautés s’est le plus souvent arrêtée à ce stade (1 ou 2 interventions et bye bye), soit parce que je n’en ai pas bien compris le fonctionnement, soit parce que je ne m’y sentais pas à ma place.

Vous l’aurez compris, le reproche majeur que je ferai à ces communautés, c’est l’accueil du nouvel inscrit, qui est trop souvent « largué »…

Pour le moment j’apprécie le « cadre large d’ITyPA », comme le dit Barbara, qui me met en confiance.

ITyPA, changera probablement mon point de vue: j’ai déjà appris à me lancer sur un blog, non?

Publié dans #ITyPA | Tagué | 6 commentaires

Organisation GTD (Getting Things Done) et Evernote

C’est quoi la GTD (Getting Things done)?

« La méthode GTD n’est pas du «managing time» (« gestion du temps »), mais « managing action for results » (« s’organiser pour réussir »). GTD est une démarche d’organisation personnelle applicable par chacun à l’ensemble de ses activités, tant professionnelles que privées. Pratiquer la méthode amène à identifier avec sûreté ses priorités à tout moment, et à mieux se mettre en position d’agir immédiatement sur la priorité choisie. » 

Je ne suis pas vraiment une adepte de ce genre d’organisation, je trouve un peu déprimant qu’on me rappelle que je suis désorganisée et en retard sur ce que j’entreprends… Mais bon, un peu devant l’avalanche d’infos d’ITyPA, je ressens la nécessité de m’organiser un peu mieux… Voilà à quoi ça ressemble:

Il existe tout un panel de logiciels GTD, libres ou propriétaires…

Et là j’ai découvert qu’Evernote (encore et toujours lui) pouvait être utilisé comme logiciel GTD. Voici un exemple:

« Les cinq premiers Notebooks ressemblent aux cinq étapes de la GTD : Collecter, Traiter, Organiser, Réviser et Faire. Dans la boîte de réception (le notebook par défaut), la collecte se met en place. Tout ce qui est ajouté d’abord au système est stocké dans la boîte de réception. Le notebook Prochaines Actions est un endroit pour stocker les actions que vous ferez durant la journée, en somme la partie FAIRE. Dans le notebook Projets, je stocke les notes sur les projets que je fais en ce moment.  Le carnet Notes/Références contient des notes avec de l’information à portée de main. Et Un jour/Peut-être est conçu pour stocker les actions que j’aimerais faire un jour mais pas maintenant.

Les notebooks avec @ dans le nom sont utilisés pour gérer des actions basées dans le contexte. L’archive est utilisée pour archiver les actions et projets réalisés. La Référence Générale risque juste d’être un gros carnet de notes pour tous les types d’infos. « 

Je vous renvoie à une série de trois articles, permettant de paramétrer  Evernote pour la  GTD:

http://xtof.viabloga.com/news/evernote-et-gtd-1-parametrer-evernote-2

http://xtof.viabloga.com/news/evernote-et-gtd-2-collecter-l-information

http://xtof.viabloga.com/news/evernote-et-gtd-3-collecter-avec-l-iphone

Publié dans #ITyPA, Outils Web 2.0 | 12 commentaires

Jog the Web: ma veille à moi

Lors d’une conférence itypa, j’ai entendu parlé d’un outil que je ne connaissais pas jogtheweb. J’ai donc essayé de l’utiliser en mettant les liens de mon article sur « ma veille à moi »:

On peut voir une présentation en lignes

http://www.jogtheweb.com/flat/GUK5xQzhKovg/Veille qui ressemble à ça

ou une présentation en diaporama:

http://www.jogtheweb.com/run/GUK5xQzhKovg/Veille

C’était juste pour essayer ce nouvel outil qui peut être intéressant pour faire une curation thématique

Publié dans #ITyPA, Outils Web 2.0 | Tagué , | Laisser un commentaire

Apprentissage social?

Alors voilà, cette semaine, nous traitons de la dimension sociale de l’apprentissage : Quel rôle joue notre environnement, notre  entourage dans nos apprentissages ?

J’avoue que j’ai un peu été désorientée par le « butinage » proposé et par les deux expressions proposées « Social Learning et « Apprentissage par les pairs ». Y-a-t-il une  différence entre les deux termes ? En lisant les premiers liens, j’ai eu l’impression que le social learning ne parlait que d’apprentissage par le réseau… 

« Après le e-learning, le social learning est le nouveau concept qui doit révolutionner la formation dans les années à venir. Cette approche collaborative de la transmission des savoirs a réellement pris son essor avec le développement des réseaux sociaux. Les technologies du web2.0 permettent désormais de regrouper, de structurer et de diffuser les savoirs informels contenus dans une entreprise »

ou encore: « Le social learning ne repose pas tant sur le contenu que sur la façon dont on va se connecter aux autres », explique Frédéric Domon. Cela change de la notion cartésienne de la formation: ce n’est plus « je pense donc je suis », mais nous participons donc nous sommes.« (François Dormon)

En fait sur la page proposée par Thot cursus, il y a cette page : Apprentissage social : retour aux sources de Christine Vaufrey et là, je découvre le nom d’Albert Bandura. Que tout apprentissage est social et que le social learning n’est pas seulement du réseautage. Ouf, je trouvais ça un peu réducteur.

Un lien de l’article de Christine Vaufrey parle de l’apprentissage vicariant de Bandura. L’apprentissage vicariant correspond, dans le contexte scolaire, à ce que l’enfant peut apprendre en marge du discours du maître proprement dit : en regardant faire et en écoutant ceux qui savent faire ou encore, par extension, en analysant la production de ceux qui savent faire.

Ce terme « vicariant » m’a rappelé une autre vie, où je me suis formée en pédagogie sur internet,  et où j’ai trouvé des choses passionnantes sur le site du bulletin de la PMEV (Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant, excusez du peu…). Je ne savais pas que j’appliquais, déjà, et sans le savoir, la théorie de l’apprentissage social (particulièrement bien adapté avec des enfants parlant des langues différentes). Étant assez pragmatique, il est vrai qu’à l’époque, je me suis plus intéressée aux fiches pratiques du site de la PMEV qu’au côté théorique… mais il n’empêche que je me suis approprié et j’ai adapté (voire détourné) des contenus à mes besoins.

Un article de Silvae, sur « l’apprentissage vicariant comme dynamique de changement social », explique comment les nouveaux réseaux relèvent de l’apprentissage vicariant : Il cite un article de Philippe Carré qui dit :

« Pour Bandura, le modelage, ou apprentissage vicariant, est un effet de l’observation, mais se distingue radicalement d’un simple mimétisme. On entend par modelage tout un travail d’observation active par lequel, en extrayant les règles sous-jacentes aux styles de comportement observé, les gens construisent par eux-mêmes des modalités comportementales proches de celles qu’a manifestées le modèle et les dépassent en générant de nouvelles compétences et de nouveaux comportements, bien au-delà de ceux qui ont été observés. De plus, tout en favorisant l’apparition de nouveaux comportements, le modelage agit sur la motivation, en ouvrant l’horizon de l’observateur vers de nouveaux bénéfices anticipés, en générant des affects, en agissant sur son système de valeurs. »

Et conclut en disant :

« Ce concept me semble tout à fait éclairant pour examiner et comprendre des dynamiques d’apprentissage communautaire en ligne. Un dispositif de médiation numérique est donc un dispositif vicariant qui a pour moteur l’envie de construire ou faire construire des savoirs ou des savoir-faire. »

J’avoue que j’aime bien ce terme d’apprentissage communautaire en ligne… Je pense que les contenus restent primordiaux par rapport à la façon de se connecter. Il faut d’abord se les approprier avant de les diffuser.

Et d’ailleurs, à la fin de son article, Christine Vaufrey écrit:

« Le processus d’apprentissage social a donc à voir avec la viralité de la diffusion des savoirs, savoir-faire et comportements, considérablement accélérée aujourd’hui par les réseaux sociaux. Mais il ne peut être réduit à ce simple phénomène. Il est temps de revenir à Albert Bandura, pour réfléchir aux implications de sa pensée en matière d’éducation et de formation. »

L’apprentissage en ligne du web 1.0 devient un apprentissage communautaire en ligne avec l’avènement du web 2.0. Mais il n’empêche que l’on peut toujours apprendre sur internet sans forcément communiquer. L’interrogation suivante est de savoir ce que nous apporte en plus les réseaux sociaux et c’est bien la raison de mon inscription sur ITyPA… J’attends des réponses…

Publié dans #ITyPA, Mocc, Uncategorized | Tagué , , | 17 commentaires

Partagez vos problèmes autour de la veille | MooC ITyPA

Pour un accès direct au forum de discussion pour la 5e semaine d’ITyPA

Partagez vos problèmes autour de la veille | MooC ITyPA.

C’esr aussi pour tester la curation par WordPress…

 

Publié dans #ITyPA, Mocc | 3 commentaires

CiteBite: pointer directement sur un paragraphe d’une page web

Un petit outil à rajouter sur firefox (add-on et bookmarklet) qui permet de pointer directement sur un paragraphe spécifique d’une page.

Il faut installer Citebite en tant qu’extension Firefox et glisser-déposer le bookmarklet dans la barre de favoris. Après avoir sélectionné le paragraphe de l’article sur lequel vous voulez pointer, cliquez sur le bookmarklet. Citebite va alors générer un lien qu’il suffira de copier-coller.

Par exemple pour arriver directement sur le paragraphe concernant les outils de curation de l’article « ma veille à moi ».

Simple et facile à utiliser, non?

Publié dans #ITyPA, Outils Web 2.0 | Tagué | 3 commentaires

Ma veille à moi

Après quatre jours de déconnexion totale (ça fait du bien, si, si…), j’ai pu me mettre à jour assez facilement grâce à mes outils de veille!

Je ne fais pas une veille professionnelle, loin de là. J’ai essayé plein d’outils, mais certains sont difficiles à prendre en main, d’autres sont décevants ou ne correspondent finalement pas à mes besoins.

J’ai fait une carte mentale que malheureusement je n’arrive pas à mettre directement ici. Je joins le lien et une capture d’écran…

mind map: Ma veille à moi!

Recherche en temps réel

Je fais mes recherches comme (presque) tout le monde sur le moteur de recherche Google, mais aussi sur Ixquick qui une bonne alternative à Google. J’utilise aussi beaucoup Google Scholar pour mes recherches bibliographiques en lien avec Zotero.

Pour les réseaux sociaux , j’utilise Twitter pour les « liens faibles » et je réserve Facebook aux « liens forts » (famille, amis).  Je ne parlerai donc ici que de Twitter. Pour suivre un thème particulier, j’utilise soit les hashtags: (ex: #ITyPA), soit les listes. Le problème des hashtags c’est que souvent les gens oublient d’en mettre. Le problème des listes, c’est qu’on voit tous les twetts des gens inscrits sur la liste et pas forcément ceux concernant le sujet qui nous intéresse…

Automatisation de la veille

Pour m’abonner à un flux RSS, j’utilise essentiellement Google reader (que je lis plutôt sur mon téléphone) et/ou Netvibes que j’utilise plutôt sur mon ordinateur pour une question de confort visuel. Vous pouvez voir ici un un exemple de flux RSS ITyPA sur Netvibes. Je peux avoir besoin d’affiner ma recherche:  j’utilise alors Yahoopipes en utilisant différents mots-clés ou en associant plusieurs flux. Yahoopipes n’est pas si compliqué que ça pour des recherches assez simples comme les miennes. Vous pouvez voir l’exemple du flux yahoopipes d’ITyPA. (Un intérêt particulier pour ITypa est la fonction UNIQUE qui permet de filtrer les articles identiques et diminue considérablement les redondances…)

Je récupère aussi les flux RSS des réseaux sociaux, essentiellement issus de Twitter (listes, mots-clés…). Mais on peut récupérer les flux de Facebook, Wikipedia, LinkedIn, Foursquare, YouTube, DailyMotion, Flickr, Pinterest, Picasa, Instagram, WordPress, Tumblr, Blogger, Blogpost, Overblog, Canalblog, Skyblog, Delicious, Diigo…

Trier, diffuser: curation

Pearltrees est un outil intéressant qui permet un travail collaboratif. La présentation est très « visuelle », mais je trouve qu’on se perd très vite dans les centaines de perles…

J’utilise aussi finalement assez peu Diigo.

En fait, je leur préfère ScoopIt, facile à prendre en main, qui permet de publier (ou non) soit à partir des sources choisies, soit une page web directement. Et ScoopIt est agréable à lire… voir ici

Enfin, vous avez souvent, je suppose, été débordé par Twitter ou vous n’avez pas forcément le temps de tout lire… Dans ce cas, j’utilise Paper.li qui fait tout seul comme un grand (c’est aussi son défaut) un « journal » à partir de vos sources tweeter,  mais aussi blogs ou facebook).

Avec tout ça, je reste au courant de ce qui m’intéresse et ma paresse naturelle s’en trouve confortée…

Publié dans #ITyPA, Outils Veille, Uncategorized | 10 commentaires

Visuelle je suis, visuelle je reste

A l’ère d’internet, finis les fiches, les crayons de couleur, vive les surlignages et les annotations sur les documents pdf ou web. En tous cas, c’est ma façon de travailler… oui mais quels outils peuvent remplacer le bon vieux crayon? Juste une petite note…

Pour les documents pdf:

sur windows, j’utilise essentiellement pdf Xchange Viewer qui me permet de faire à peu près tout ce que je veux..

sur linux, j’utilise xournal avec la fonction annotate pdf

Sur android: iannotate (gratuit) et ezpdfreader (payant) que je préfère…

pour les pages web:

diigo (attaqué, il y a un changement d’adresse provisoire sur diigo.net!)

zotero

sur android: power note qui permet de gérer diigo

Anne

 

 

Publié dans Uncategorized | 1 commentaire

Apprendre pour apprendre

J’avoue que cette semaine, j’ai un peu de mal à me concentrer. Peut-être que le sujet de la semaine ne me passionne pas vraiment. J’ai lu les les articles proposés, j’ai lu les activités proposées, mais ça vient pas…

Trêve de plaisanteries: se former ou s’auto-former? Après une formation académique classique en université, de nouveaux boulots loin de ma formation initiale m’ont obligés à m’auto-former…. Au départ, juste pour en savoir un peu plus, puis par envie, puis par passion… A tel point que, sans activité professionnelle précise aujourd’hui, je continue à apprendre, même pour rien, juste pour  apprendre…

Pour moi, le premier moteur d’apprentissage est la curiosité. Qui n’a jamais ouvert un dictionnaire pour en savoir un peu plus sur un mot ou cliqué sur Google? Et là, de page en page, on trouve plein d’autres infos… On élargit son champ d’investigations et on découvre plein de belles choses.  

La paresse est aussi une motivation: ce que je veux faire, d’autres l’ont fait avant moi, je ne vais pas réinventer le fil à couper le beurre, je le prends et je le partage (si j’en ai le droit, mais c’est un autre sujet!).

Enfin l’envie nous prend d’approfondir un sujet qui n’a pas forcément grand’chose à voir avec notre recherche initiale. Je dirais en conclusion que la sérendipité (j’aime placer les nouveaux gros mots que je viens …d’apprendre) fait bien partie de ma façon de faire!

Mais bon, c’est vrai apprendre pour apprendre, c’est un peu court, alors je partage mes découvertes ou plutôt les recherches que je fais souvent pour d’autres. Avec ITyPA, j’ai commencé à les partager en ligne: par exemple en cherchant une solution pour une étudiante qui doit travailler le plus souvent hors connexion, ou une itypienne qui cherchait un outil de collaboration en ligne.

Bon une chose est sûre, je préfère partager ce que j’apprends, que partager mes états d’âme sur mes apprentissages. Et je considère que j’ai rempli mon contrat pour la semaine!

Publié dans #ITyPA | Tagué | 5 commentaires